Site Overlay

TÉLÉCHARGER 2084 LA FIN DU MONDE PDF

Je suis fier de leur compagnie. À part sauter de son toit, tête en avant, il ne voyait pas. Il était une cellule dans un organe, une fourmi dans la fourmilière: Dehors, le vent rôdait sans répit, prêt à tout. Une mélodie guillerette qui montait des gorges profondes vers les cimes. Et le défaillant disparaissait, après une convocation en bonne et due forme. Ramasseur et incinérateur de cadavres ont longtemps été des métiers en vogue.

Nom: 2084 la fin du monde pdf
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 55.56 MBytes

Une nouvelle Grande Guerre sainte? Et des colères et des insomnies. Et des hontes et des regrets lancinants. Malheur à qui manque à mon appel. Que le chant du cor de montagne est beau! Les glaires étaient encore épaisses, il respirait mal, gémissait tant et plus, toussait beaucoup, mais ne crachait plus de sang.

Ce document au format PDF 1. La présente page de téléchargement du fichier a été vue fois. Non, véritablement, tout est inventé, les personnages, les faits et le reste, et la preuve est que le récit se déroule dans un futur lointain dans un univers lointain qui ne ressemble en rien au nôtre.

Dormez tranquilles, bonnes gens, tout est parfaitement faux et le reste est sous contrôle. Ati avait perdu le sommeil. Certains ne seraient pas là demain.

2084. La fin du monde

Yölah est grand et juste, il donne et reprend à son gré. Dehors, le vent rôdait sans répit, prêt à tout. Dans le provisoire qui dure, il y a une leçon: On ne sait pas les raisons de ces restrictions. Yölah est grand et Abi est son fidèle délégué. On parlait de la Grande Mécréance, on parlait de makoufs, mot nouveau signifiant renégats invisibles et omniprésents.

Puis vint le temps des vampires et des incubes. Lors des grandes cérémonies, on évoquait un nom chargé de toutes les peurs, le Chitan. On disait aussi le Chitan et son assemblée. Certains y ont vu une autre façon de dire le Renégat et les siens, expression que les gens entendaient plutôt bien. Balis, et ses adeptes, les renégats, devinrent les balisiens.

Les choses paraissaient du coup plus claires, mais tout de même on continua longtemps à se demander pourquoi toute cette éternité passée on avait usé de tant de faux noms.

: la fin du monde / Boualem Sansal — BNFA, Bibliothèque Numérique Francophone Accessible

La guerre fut longue, et plus que terrible. Ramasseur et incinérateur de cadavres ont longtemps été des métiers en vogue.

Au fil du temps, les gaillards ont disparu, le pays était assaini, ne sont restés que quelques rares vieillards taciturnes et lents qui se louaient pauvrement aux alentours des hôpitaux, des hospices et des cimetières.

Triste fin pour ces héroïques éboueurs de la mort. Nulle trace ne fut jamais trouvée de son passage dans le pays, de sa misérable présence sur terre. Yölah avait tranché, à son peuple plus croyant que jamais il avait offert fkn suprématie, à lui promise depuis les origines. Avait-elle un lien avec la guerre? Les gens avaient envisagé une chose puis une autre, plus subtile, en rapport avec la sainteté de leur vie.

2084 la fin du monde pdf

Le regard des peuples est ainsi, insouciant et réellement peu inventif, il ne voit pas au-delà de sa porte. Ils étaient des millions et des millions à travers le pays, issus de toutes ses soixante provinces, de tous âges et conditions, à compter les jours qui les séparaient du grand départ, le Jobé, le Jour Béni.

Il fallait ensuite rôtir toute cette viande. La jeter était un sacrilège. La passion pour le pèlerinage était entretenue par des campagnes incessantes, mêlant réclames, prêches, foires, concours et manipulations diverses, diligentées par le très puissant ministère des Sacrifices et Pèlerinages. Et puis comment, sauf à se comporter en potentat, un petit saint pourrait-il jouir de la perfection dans un monde si imparfait?

  TÉLÉCHARGER LOGICIEL SPORTSCODE GRATUITEMENT

Il allait de soi que le saint du saint de tous les saints était la petite maison de pierres erratiques qui avait vu naître Abi. Les pénitents le leur rendaient bien, ils ne lésinaient pas sur les acclamations, les larmes et les petits cadeaux. La communion était totale. Mais plus que cela, on apprenait des merveilles de ces chers pèlerins, ils étaient les yeux qui avaient vu le monde et atteint ses lieux les plus sacrés.

Il fallait aussi, durant tout ce temps, en chaque instant, de jour et de nuit, sous le regard des hommes et de Dieu, rester un méritant parmi les méritants. Quelque part, il y avait un mur qui empêchait de voir au-delà des racontars de ces pauvres errants en liberté surveillée, conditionnés pour propager des chimères à travers le pays. La montagne lui avait toujours fait peur, il était un homme des villes, né dans la chaleur de la promiscuité, et là, dans son lit de misère, suant et pantelant, il se sentait à sa merci, écrasé par son gigantisme et sa dureté, oppressé par ses émanations sulfureuses.

Il était arrivé au sanatorium dans un état calamiteux, la tuberculose le saignait vivant, il crachait du sang à gros caillots, la toux et la fièvre le rendaient fou. En une année, il avait retrouvé une petite forme. On bredouillait des excuses à son passage et on disparaissait par le premier trou.

Étaient-ils des humains, on ne le savait pas, le cerveau leur était retiré à la naissance, ce qui expliquerait leur terrifiante obstination et leur regard halluciné. À eux aussi, le peuple avait donné un nom qui disait bien les choses: Des attroupements se formaient devant les portraits géants richement illuminés qui habillaient les façades des grandes administrations.

Du scribe des NoF? Les glaires étaient encore épaisses, il respirait mal, gémissait tant et plus, toussait beaucoup, mais ne crachait plus de sang. Si haut dans la montagne et si loin de la ville, le déclin était rapide. Le sanatorium était le terminus assuré pour beaucoup, les vieillards, les enfants, les déficients graves.

Un lit vide ne le restait pas longtemps, les souffrants qui dormaient sur des grabats dans les larges couloirs venteux se le disputaient âprement. Les arrangements conclus en amont ne suffisaient pas toujours à assurer des successions pacifiques. Dans ces montagnes du bout du monde, chaque pas était un défi à la vie, et le sanatorium était au plus loin de ce cul-de-sac de la mort.

Il advenait aussi que la caravane disparaisse purement et simplement, hommes, bêtes et marchandises. De leurs fusils, point de trace. Personne ne le disait mais certains entendaient que la caravane avait pris la route interdite et franchi la frontière.

Qui y comprend quelque chose? Quel monde pouvait-il exister au-delà de cette prétendue frontière? Y trouverait-on seulement de la lumière et un morceau de terre sur lequel une créature de Dieu pourrait se tenir? Quel esprit pourrait concevoir le dessein de fuir le royaume de la foi pour le néant? Le Renégat seul inspirait semblables idées, ou les makoufs, les propagandistes de la Grande Mécréance: Lui seul est croyable.

2084 la fin du monde pdf

Il y régnait une température de congélation rapide. Horreur, en plus mondf blessures reçues dans leur chute vertigineuse, on apprenait que les soldats avaient été salement charcutés. Le plus grand savoir fjn monde plie devant le grain de poussière qui enraye la pensée. Et pourquoi massacrer ces pauvres diables en uniforme quand ils pouvaient les emmener avec eux, ou simplement les abandonner à leur sort dans la montagne?

  TÉLÉCHARGER LOADER GOLDEN INTERSTAR GRATUITEMENT

Les soldats qui avaient été épargnés par les transfuges et étaient rentrés avaient subi le châtiment réservé aux lâches, aux traîtres, aux mécréants, ils avaient fini au stade, le jour de la grande prière, ddu sous les acclamations après avoir été offerts en pcf à travers la ville. Tourner sur soi-même sans changer de place est une impression déplorable, vivre trop longtemps de soi et pour soi est mortel.

Elle séparait qui de qui, et de quoi? À quoi ressemblerait ce monde invisible? Où en sommes-nous, alors? Forcément en ce point calamiteux: Et Yölah le tout-puissant et Abi son Délégué, que font-ils avec nous sur ce radeau à la dérive?

Qui nous sauvera, de quel côté viendra le secours?

La fin du monde – Boualem Sansal

À trente-deux, trente-cinq ans, il ne savait trop, Ati était un vieil homme. Il conservait un peu du charme cu sa jeunesse et de sa race: Quand il se redressait, fermait la bouche sur ses dents corrompues et consentait un sourire, il pouvait passer pour un bel homme.

Ati désespérait de fun comprendre comment le vice prolifère à proportion de la perfection du monde. Il est dit dans le Gkabul en son titre 2, chapitre 30, verset Le mot le dérangeait plus que cela.

2084 la fin du monde pdf

Toutes les pistes buissonnières ont été comptées et effacées, les esprits sont strictement réglés sur le canon officiel et régulièrement ajustés. Le but intime est là, car quand on croit à une idée on peut croire à une autre, son opposée par exemple, et en faire un cheval de bataille pour combattre la première illusion. Ati avait du mal à tirer laa conclusion: Il était une cellule dans un organe, une fourmi dans la fourmilière: Il se sentait si brave. Dieu est ardent, vivre pour lui est exaltant.

Le croyant doit continûment être maintenu en ce point où la soumission et la révolte sont dans un rapport amoureux: La soumission engendre la révolte et la révolte se résout dans la soumission: Malheur à qui manque à mon appel.

Mettre ses pensées en mots et les dire, entendre des moqueries, des critiques, peut-être des encouragements lui parut nécessaire à cette étape où la perdition était déjà fort avancée. Les V allaient accourir, les pdt pensées étaient du nectar pour eux. Au fil des jours et des mois, il perdit pied avec des notions familières, elles prenaient des résonances autres.

Roman: 2084 La fin du monde pdf de Boualem Sansal

Tout est flou, tout est lointain et dangereux. Loin de tout, rien ne fonctionne, les calamités ont le champ libre.

Il y a donc des choses dans cette vie qui nous appartiennent, non comme un bien vénal mais comme une vérité, un réconfort. Peu à peu, un monde inconnu apparaît dans lequel ont cours des mots étranges, jamais entendus, entrevus peut-être, telles des ombres qui passent dans la cohue des rumeurs.

Une décharge électrique le traversa. Une mélodie guillerette qui montait des gorges profondes vers les cimes. Il lui montra son dossier médical. Ati se sentit mal.